• Accueil
  • > Archives pour novembre 2006

Archive pour novembre 2006

l’imagination est elle source d’illusion?

Mardi 28 novembre 2006

 photo336.jpg

les photos ne parlent  pas des instants intermédiaires, les respirations, les souffles, les regards perdus….. c’est dommage . Une  photographie avec quelques mots ne fabriquent pas de « lien affectif ». Elle  ne font, au mieux, que stimuler ou exciter l’imaginaire, les fantasmes et l’intellect. En outre, les sentiments ne se fondent ni sur le rationnel ni sur un « profil descriptif » car ils sont instinctifs ! 

 si toutes les images proviennent bien du réel, aucune ne peut prétendre être le réel qu’elles représentent.
La représentation de la réalité n’est pas la réalité (la photo n’est pas l’objet photographié, ce qui est assez dommage. (donc  il me suffirait de photographier une Ferrari pour la posséder réellement… !)

Alors  l’imagination est elle source d’illusion

Je sais c e’st un peu tordu …La question est mal posé ; je recommencerais demain .

Je voudrais juste savoir qu’elle est, pour vous, l’opinion commune à ce sujet ?

Roland Bacri , humoriste pied noir né à Bab El oued en 1926

Jeudi 23 novembre 2006

Roland Bacri
emoticone
Humoriste pied-noir, Roland Bacri est né à Bab El oued en 1926.Il fait ses premières armes de journaliste au Canarde enchainé Bernard Lecache à Alger. En 1953 , il envoya un poème au canard Enchaîné qui le publia. Sous le pseudonyme « Roro de Bab-el-Oued, », il signe des textes qui se signalent surtout par l’emploi de l’argot algérois. Cette chronique régulière  qui ne s’engagea jamais  en faveur d’aucune communauté, mais eut le mérite de corriger l’analyse du Canard sur la situation algérienne .

 

On raconte qu’il s’exprimait  si naturellement en vers que ses amis ont été obligés de lui offrir un Dictionnaire des mots qui ne riment pas.
                                        La Lion y la pitit’ moche

La Lion y la pitit’ moche est une fable de la Fontaine,
avec quelques mots changés par Roland Bacri,
le Consul (petite mouche: pitit’ moche).
«Vatan, inn al oualdik, bogri di salopri!»

Ci comm’ça qui parli, afic on’ pitit’ moche

La Lion di l’Atlas. «Ji ti touill’ si t’abroche,

Ishpic di grand salti. L’argeann’ ti m’la tot’pris.»

La pitit’ moche de France y loui dit: «Quisqui-ci?

Ji crois qui j’en a l’droit por passi par ici.

Barc’ qui vos it’s lion, ah! ti fir ton malin?

Bacri, riann il a fit, il i dans l’droit chimin.

Y si bor fir blaisir, ti vo fir la bataille,

Ji ti cass’ ton figoure, ichpic’ di grand’ canaille!

Moi ji mi fot de toi, barc’ que j’ti fir consul-

tation diplomatiqu’, toi li Dey, moi l’ consul.

J’y fi quisqui ji vo, mon Roi il i content.

Si toi ti fir mariol, bon tant pis ji fo l’camp.»

La Lion y s’mittra tot à fit en colère,

Mais la p’tit’ moche y vol’ bor qu’y piqu’ son darrière.

L’aute y prend son chass’-moche, paf! il loui a donné.

Moraliti

Bor que divan l’Histoire, (ou Divan Dey d’Alger)

Bian gagni son broci afic lion d’l'Atlas,

Quand on est zraëlite,

Bor qu’la part du lion, vous l’avez obligé,

Pas bisoan prendr’ la moche, li tracas, l’soci, rhlass walou !!

Barc’ qu’Allah il y grand, Mohamed son profite

 

Un pied de nez

Jeudi 23 novembre 2006

emoticonephoto302.jpg 

Le pied !               

Ces bouts de toi, ces bouts de bocage

Sortis tout droit d’un sarcophage

Ces  petits  pieds,  ces petits  orteils  

Quatre bouquets   au bout de toi

Ces bouts de rien, de rien du tout !

Te mènent t’amènent  te tienne debout

Ils tissent ton chemin  du lendemain

Et si   t’a parfois  les pieds dans les plats

Fallait  compter les pieds des vers

Reposes  toi et fait une pause

Pourquoi  es tu  sur le pied de guerre ?

Tu n’es pas au pied du mur ! Tu défends une  cause !

Met  un verni  à  tes ongles  et lâches pied !

Sautes à pieds joints sur cette  occasion

Tu verras tu seras heureux tu sentiras bon

On dira ; oh ! Les jolis pieds aux ongles ronds !

Alors…sois sages ne te mouches pas du pied

Retombes sur terre, retombes sur tes pieds

La vie est courte, la vie est belle

Achètes  toi une voiture et caches tes contours

Vivre au grand pied ! Sans détours !

Prends ton pied et  vis au grand jour !